Apprentissage et gestion mentale

Quand on parle d’apprentissage, en général, tout le monde voit de quoi il s’agit… mais qu’en on aborde la gestion mentale, c’est plus compliqué !

La gestion mentale, c’est quoi ?

La théorie pédagogique de la gestion mentale est le fruit de nombreuses années d’expérimentations conduites, depuis les années 1950, par le philosophe et pédagogue Antoine de La Garanderie, précurseur des sciences cognitives. Ce dernier interrogeait des personnes en situation d’apprentissage pour découvrir quels moyens cognitifs (images mentales visuelles, auditives ou encore verbales) elles utilisaient pour accomplir des tâches.(…)

La gestion mentale partage avec l’éducation nationale la croyance en l’éducabilité de chacun (…)

« Tous les hommes naissent libres et égaux en pouvoir de connaissance ». (…).

Extrait de Wikipédia

Antoine de La Garanderie a co-écrit  « Tous les enfants peuvent réussir »

La gestion mentale, c’est donc apprendre à apprendre !

Quelles conditions pour un apprentissage optimum et agréable ?

Les recherches en neurosciences s’étoffent et nos connaissance aussi. On sait aujourd’hui que tout le monde a de la matière grise en quantité équivalente ! Mais alors, à quoi sont dus les « échecs scolaires » ?

De façon non exhaustive et dans le désordre :

  • l’obligation d’apprendre à un moment où l’apprenant ne l’a pas choisi… Sommes nous, adultes, toujours disposés à acquérir de nouvelles connaissances ? …non ! Alors pourquoi les enfants le seraient-ils ?
  •  le manque de souplesse de l’institution classique… A chaque heure, son activité !
  • le résultat est prépondérant pour l’enseignant… mais du côté de l’apprenant, c’est le processus qui est important. La démarche prévaut sur le résultat… 2 visions, 2 objectifs bien différents !
  • la pression en générale : celle de mal faire (l’erreur est encore trop souvent condamnée), la crainte de la punition ou de la note pourtant contre productive l’une et l’autre…

Le constat que je fais à mon échelle est simple : en maternelle, à un âge où les enfants ont besoin de tellement de sécurité, de jeux, de bouger, de construire leur confiance en soi… et bien,  le processus d’apprentissage me paraît assez mal engagé !

Bien sûr, à 28 / 30 élèves par classe, il est difficile pour les enseignants de s’adapter à chacun.

Alors, pourquoi ne pas s’intéresser à ces différentes « méthodes » qui existent et  tentent de tenir compte de la nature profonde de l’enfant !

La méthode des Alphas

Connaissez-vous la méthode des Alphas ? Elle a pour objectif l’apprentissage de la lecture… Et voici comment elle est née en 1998 :

enfant lettre 2

Spécialisée dans la rééducation du langage écrit, Claude Huguenin constate que ses jeunes patients en souffrance dans l’apprentissage de la lecture, montrent presque toujours des carences au niveau du développement de la conscience phonémique.

Pour prévenir ces situations d’échec, elle a alors l’idée de matérialiser le lien qui unit les « sons » (phonèmes) de la parole aux lettres (graphèmes) de notre alphabet par des petits personnages truculents ayant la forme des lettres et une raison d’émettre leur son.

Partant de cette idée originale, Olivier Dubois du Nilac et Claude Huguenin conçoivent alors un conte moderne, intitulé « la planète des Alphas », qui met en scène ces petits personnages.

Extrait du site :  http://www.lesalphas.net/editions-recrealire/notre-histoire.html

Utilisée par une minorité de professeurs des écoles, elle est pourtant ludique, enthousiasmante pour l’enfant, à la portée de tous (y compris les non-professionnels de l’enseignement comme les parents par exemple) … et efficace !

Le lien affectif qui se crée entre ces personnages et l’apprenant permet d’aborder l’apprentissage de la lecture avec légèreté.

Voici un extrait du conte des Alphas :

https://www.youtube.com/watch?v=x76E2NqNw7k

Aujourd’hui, l’un des co-fondateurs de cette méthode, nous fait partager une technique de mémorisation des tables de multiplication mise au point par  Mathieu Protin.

 

Nous partagerons ici les prochaines vidéos. Affaire à suivre donc !